Zu Arel op der Knipchen
Dô sin dei Weiber frou ;
Sî drenke gier èng Schlipchen
Eng schénk der âner zou.

Mum Aneleis, mum Aneleis
Wât mâchen ihre Géns ?
Si sûdelen
Si pûdelen
Si wèschen ihre Schwèns.


Cinquante mille Chasseurs Ardennais l'ont chantée
Des milliers d'autres la connaissent...

La marche des Chasseurs Ardennais


Un CD comprenant notre marche, jouée ou chantée, ainsi que notre hymne national, est en vente au Régiment. Voir la page "Boutique".


Pour entendre et/ou télécharger notre marche: CLIC

Introduction



C'est à Arlon que se trouvait le 10e Régiment de Ligne lorsque, par arrêté royal du 10 mars 1933, il fut décidé qu'il s'appellerait désormais "Régiment de Chasseurs Ardennais".

Ce dernier reprenait les traditions et héritait du passé du glorieux 10e, qui s'était couvert de gloire entre 1914 et 1918, au prix de 1500 tués au combat.

Quand les Chasseurs Ardennais se multiplièrent et devinrent trois groupements puis plus tard, trois régiments, c'est à Arlon que resterait le "1ChA" tandis que le 2ChA serait à Bastogne et le 3ChA à Vielsalm.

Arlon conserve une place et une rue des Chasseurs Ardennais et on y trouve de nombreux militaires retraités de nos vieux bataillons et régiments.

La ville d'Arlon a offert un monument extraordinaire aux Chasseurs ardennais. Et le hasard a voulu qu'il soit situé... rue Godefroid Kurth (voir plus bas)!
La Musique du 10e de Ligne s’est installée à Arlon en 1899. Petré en fut le premier Chef d’orchestre, mais l'auteur de la marche du Régiment serait Fernand Rogister.
Le lieutenant André Wilmet a repris le commandement de la Musique du 10e de Ligne en Allemagne. En 1933, la Musique du Régiment des Chasseurs ardennais est née à Arlon. A partir de 1935, plusieurs musiques ou fanfares officieuses ont été créées, notamment la Musique du 2e Chasseurs ardennais à Bastogne et la Musique du 3e Chasseurs ardennais à Vielsalm. En mai 1940, les musiques des Chasseurs ardennais furent dissoutes.

Les Chasseurs Ardennais se sentent bien chez eux à Arlon, la ville qui les a vus naître.
Toutes les heures, aujourd'hui encore, au clocher de Saint Donat, au centre d'Arlon, le carillon égraine la marche des... Chasseurs Ardennais!!


Cette photo fut prise à Jemelle, au printemps 1987.
La "Musique des Chasseurs ardennais" est dirigée par l'Adjudant Chef, Sous-chef de Musique Principal, Jean Marie Cornez.


Comment s'est faite notre marche ?


Les partitions portent les mots: "Musique du lieutenant André Wilmet". Voyons ça de plus près !
Plusieurs parties ont été assemblées avec art par Wilmet pour constituer la marche. Étudions-les une par une.


1. L'entrée des clairons


Ce sont les huit premières mesures non chantées que tous les anciens des Régiments connaissent.
Ce sont celles qui suivent la sonnerie au chef de corps ("Voilà Papa Jules"). Ces notes ont été intégralement reprises de la marche du 10e de Ligne et sont dues à l'auteur de celle-ci. (Fernand Rogister, 1872-1954)

On peut trouver beaucoup de ressemblance entre ces huit mesures et le "Chœur des Chasseurs" de Carl-Maria von Weber (1786-1826), portrait à gauche.
Il est plus que probable que l'entrée des clairons de notre marche en soit au moins inspirée.
Ces huit mesures non chantées de notre marche ont donc un grand âge.
Rogister et Wilmet ont su en faire un excellent usage, car elles introduisent parfaitement la suite.
Essayez-les en cliquant successivement sur ces deux partitions.


2. L'air d'Arlon

L'air d'Arlon est une vieille chanson folklorique du pays dont on ne connaît ni le compositeur de la musique ni l'auteur des paroles.
Le carillon du clocher de Saint Donat d'Arlon le joue toutes les heures et les Arlonnais le chantonnent dans leur patois savoureux sur ces paroles:

"Zu Arel op der Knipchen
Dô sin dei Weiber frou ;
Sî drenke gier èng Schlipchen
Eng schénk der âner zou."

Nous en avons fait:
"Debout sur la frontière,
Aux flancs des noirs coteaux,
Voici, la troupe altière,
Qui veille sans repos "
Exactement sur le même air.
Notons que ce ne fut pas composé par André Wilmet, mais par l'inconnu qui composa l'air d'Arlon.
3. La transition vers le chant luxembourgeois

Les mesures suivantes de l'air d'Arlon sont chantées avec ces paroles:
""Mum Aneleis, mum Aneleis
Wât mâchen ihre Géns ?
Si sûdelen Si pûdelen
Si wèschen ihre Schwèns,""
Là, le génie du Lt Wilmet entre en ligne, car il ne reprend pas exactement cette musique. Il se contente d'en prendre les notes et d'allonger la phrase, le résultat devenant une transition parfaite vers la musique du "chant luxembourgeois".
Pour nous, cette transition est devenue
"Devant la menace,
Le chasseur fait face
Et lutte et lutte un contre trois,
Et lutte un contre trois
Et la voix des chênes,
aux forêts prochaines
Dira, dira tous leurs exploits,
Dira tous leurs exploits".

4. Le "chant luxembourgeois"

Ce chant est en réalité une chanson étudiante composée aux environs de 1870 par le grand historien arlonnais Godefroid Kurth, 1847-1916, père de la science historique en Belgique, auteur de "La Nationalité belge", qui montra, avant Jean Stengers, que notre nation datait bien de Marie de Bourgogne…
C'est lui qui, jeune professeur à peine diplômé, à Liège, composa et lança cette belle chanson en l'honneur de la belle province dont voici un couplet.
(Il vous sera facile de la fredonner: c'est l'air que reprit André Wilmet pour le couplet "On vous a dit "c'est votre vieille Ardenne, qui vous appelle, etc…. jusqu'à: nous défendrons le sol de la Belgique, en défendant le vieux sol ardennais.")

O Luxembourg ! O terre maternelle,
Nous, tes enfants, au seuil de l'avenir,
Nous te jurons un amour éternel,
Dans notre cœur, et notre souvenir.
C'est un serment qu'au nom de la jeunesse
Nous te jurons d'une commune voix,
Accepte-le, crois en notre promesse,
Il n'est ici que des Luxembourgeois.

Vous noterez au passage que le mot "éternel" est trop court pour la rime et que sa dernière syllabe doit donc être dédoublée !
Aujourd'hui encore, cet hymne est devenu véritablement le "chant national" des étudiants luxembourgeois, aussi bien à Louvain qu'à Liège, voire Bruxelles !
Qui en a composé la musique ?
Pas André Wilmet ; pour être lieutenant en 1934, il n'était pas né en 1870 !
Un article de M. A. Bertrang, dans le Bulletin trimestriel de l'Institut archéologique d'Arlon n°34 de 1958, nous dit que la musique du chant luxembourgeois de G. Kurth a été composée par M. Firmin Baudrux, pianiste et musicien, né en 1850, diplômé docteur en droit à Liège en 1871, décédé en février 1915.
C'est son fils Marc, notaire à Habay-la-Neuve, qui fournit ces éléments à M. Bertrang.
Nous les devons quant à nous à la documentation aimablement fournie par le Docteur Jean Kelecom, fils du Cdt Kelecom, commandant la 4e compagnie du 1ChA, défenseur de Martelange la 10 mai 1940.

5. Le trio

Beaucoup le considèrent comme la plus belle partie de notre marche: "quand on déferle ensemble, pareils au sanglier, la biche écoute et tremble ? etc."
Cette partie devrait avoir été composée par André Wilmet. Les recherches sont en cours et nous en attendons confirmation.
A gauche: photo d'André Wilmet, dans le groupe des officiers du Régiment, le 3 juillet 1933, lors de la passation de commandement entre le Col BEM Jacqmin et le LtCol BEM Chardome.
""André Wilmet, né à Seilles en 1891) est l’auteur de la Marche du 1er Chasseurs ardennais, nous dit Kris Schauvliege, de l'IMMS Belgium, qui poursuit: Il a utilisé des thèmes connus de la Province de Luxembourg et également celui de la Marche du 10e de Ligne. Le couplet de cette marche contient la sonnerie du carillon du clocher de Saint Donat à Arlon.
En 1913, André Wilmet s’est engagé à l’armée comme volontaire au 21e de Ligne. Il est devenu Sous-chef de musique au 5e Chasseurs à pied en 1917. Trois ans plus tard, il devient Chef de Musique du 10e de Ligne à Arlon qui est devenu plus tard celle des Chasseurs Ardennais.
Finalement, André Wilmet se voit confier la direction des Musiques du 14e de Ligne et 12e de Ligne avant sa retraite en 1945.""



Résumons-nous

la marche des Chasseurs Ardennais, c'est:
* huit mesures de l'appel de clairon, inspirées selon nous par le "Chœur des Chasseurs" de Weber
* huit mesures de l'air d'Arlon, compositeur inconnu
* une transition inspirée de la suite de l'air d'Arlon, composée par André Wilmet
* le "chant luxembourgeois" musique de Firmin Baudrux
* le trio, probablement composé par le Lt Wilmet





Mais qui donc composa ces paroles?




C'est difficile à croire: il s'agit du Frère Mélage, de l'Institut Saint Berthuin de Malonne, poète, auteur déjà de "L'âme belge" en 1930.

Le frère Mélage mourut le 1er janvier 1948 et reçut à cette occasion un vibrant hommage du Président Albert Hubert dans la revue "Le Chasseur ardennais" du 4e trimestre 1948.

Comme vous commencez à vous impatienter après tout ce blabla, voici finalement le texte de
LA MARCHE DES CHASSEURS ARDENNAIS

Debout sur la frontière Aux flancs des noirs coteaux
Voici, la troupe altière Qui veille sans repos
Devant la menace Le chasseur fait face
Et lutte et lutte un contre trois Et lutte un contre trois
Et la voix des chênes aux forêts prochaines
Dira, dira tous leurs exploits
Dira tous leurs exploits.

On nous a dit: c'est votre vieille Ardenne
Qui vous appelle aux postes du danger
Vous défendrez la montagne et la plaine
Debout toujours et face à l'étranger
Sous le ciel clair et sous le ciel tragique
Fusil au poing, hardis, l'oeil aux aguets,
Nous défendrons le sol de la Belgique
En défendant le vieux sol Ardennais
Nous défendrons le sol de la Belgique
En défendant le vieux sol Ardennais.

Lorsqu'on déferle ensemble
Pareils aux sangliers
La biche écoute et tremble Dans l'ombre des halliers
C'est le chasseur qui passe Le long des verts buissons
Et qui remplit l'espace Du bruit de ses chansons
Lorsqu'on déferle ensemble Pareils aux sangliers
La biche écoute et tremble Dans l'ombre des halliers
Mais c'est dans la bataille Qu 'on lancera, vainqueurs,
La mort et la mitraille Sur les envahisseurs
Vaquez à vos besognes, paisibles villageois
C’est le chasseur qui cogne Et qui défend vos toits.

Debout sur la frontière
Aux flancs des noirs coteaux
Voici, la troupe altière Qui veille sans repos
Devant la menace Le chasseur fait face
Et lutte et lutte un contre trois Et lutte un contre trois
Et la voix des chênes aux forêts prochaines
Dira, dira tous leurs exploits
Dira tous leurs exploits

Les yeux fixés sur des lointains de rêve
En écoutant le cor et le clairon
Nous évoquons lorsque le jour s'achève
Le souvenir des quatre fils Aymon
Nous évoquons des anciennes batailles
Qui ruisselaient, sanglantes, sous les cieux
Et nous dressons, vaillants, nos humbles tailles
Pour égaler la taille des aïeux
Et nous dressons, vaillants, nos humbles tailles
Pour égaler la taille des aïeux


Chefs d’orchestre de la Musique des Chasseurs ardennais

1. La Musique du 10e de Ligne
* 1899 – 1914 : Petré
* 1918 : Chèvremont
2. La Musique des Forces de l'Intérieur / Chasseurs ardennais
* 1919 – 1933 : Andre Wilmet
* 1934 – 1940 : Fulgence Boland
* 1945 – 1946 : Fulgence Boland
* 1965 – 1973 : Roland Cardon
* 1973 – 1979 : Mario Carion
* 1979 - 1983 : Louis Quévy
* 1983 - 1984 : Alain Crepin
* 1985 – 1987 : Louis Quévy
* 1987 - Jean-Marie Cornez
* 1987 - 1989 : Maurice Dubois

""Fulgence Boland est l’auteur des marches des 2e et 3e régiments de Chasseurs ardennais. Boland a débuté comme musicien aux Guides et réussi les examens de sous-chef de musicien puis chef d’orchestre.
En 1963, Roland Cardon a repris le commandement de la Musique des Forces de l'Intérieur à qui ont été accordées les traditions des Chasseurs ardennais en 1965. Roland Cardon fut l’auteur de la Marche de la Fraternelle des Chasseurs ardennais, Chasseurs ardennais Fantaisie, Les Aspirants Chasseurs, Bérets verts et la Marche du Souvenir basée sur une chanson française [ndwm: cinq km à pied, ça use, ça use, etc.] et la marche des Chasseurs ardennais. C’est sous la direction de Roland Cardon que la Musique des Chasseurs ardennais a enregistré avec le Chœur du Collège Sainte Marie d’Arlon la Marche des Chasseurs ardennais et Bérets verts.

Maurice Dubois est le dernier chef d’orchestre. Il est né à Liège le 25 janvier 1952 et fit ses premières études musicales à Huy, avant de se rendre au Conservatoire Royal de Liège. En 1972, il entre comme musicien à la Musique de la Gendarmerie Belge. Ayant réussi les épreuves imposées au concours de sous-chef de musique principal en 1987, if fut nommé Adjudant-chef de la Musique des Chasseurs ardennais à Namur.
Après dissolution de cette musique en juillet 1989, il fut nommé Sous-chef de musique Principal à la Musique de la Force Aérienne Belge. En 2006, Maurice Dubois est désigné Chef de musique de la Musique Royale de la Force Aérienne Belge.
Maurice Dubois a écrit plusieurs marches militaires : « Semper Melior », « Hand in Hand », « Meteo Wing » et « Pioneers Forward » dont le dernier fut même enregistré par l’Orchestre de la Garde Républicaine de Paris."" (Kris Schauvliege)
En savoir plus? Voyez le site web de IMMS-Belgium: CLIC


Pour les musiciens, voici la partition du chef de musique lors de l'exécution de notre marche:




Enfin, pour les chefs de chorales, voici la partition de la marche chantée, paroles et musique.






Les Chasseurs Ardennais ont aussi une "chanson-marche"
que les anciens entonnent lors des réunions de mess ou de joyeux banquets


il vous suffit de cliquer ICI

La " Chanson-Marche des Chasseurs Ardennais " a été créée, pensons-nous, en 1938 ou 1939 par Raymond Massart pour la musique et Julien Escarmelle pour les paroles.

Gardiens vigilants des frontières,
Montant la garde sans répit
C'est nous qui veillons sur la terre
De nos aïeux le jour, la nuit
Dans les grands bois de l'Ardenne
Nous sommes enracinés
Tout pareils à nos vieux chênes
Dans nos abris bétonnés
Ou sur nos vélos
Filant l'arme au dos

REFRAIN
Nous avons à nos tuniques
Et sur notre vert béret
Une Hure symbolique de Sanglier des forêts
Luxembourg pour ta défense
Nous sommes prêts désormais
Et compte sur la vaillance
De tes Chasseurs Ardennais

Les Ardennais sont joyeux drilles,
Quand nous partons en permission,
On va rejoindre sa famille
Ou bien quelque joli tendron.
Nous aimons aussi la danse,
Dans les bals, il faut nous voir,
Et parfois on fait bombance,
Sans oublier son devoir.
Cigarette au bec,
On chante, on boit sec.

Chasseurs, sur vous la Nation fonde
De grands espoirs, a dit le Roi.
Paroles nobles et profondes,
Qu'on se rappelle avec émoi.
Si notre mission est dure,
Nous y sommes préparés,
Tous les gars portant la Hure,
Attendent en rangs serrés.
Sans faiblir jamais
Chasseurs Ardennais !



Encore une musique qui nous concerne:
Pouvez-vous lire cette musique? donc, fredonner cela?

Il s'agit d'une chanson de théâtre de boulevard que nous envoie notre membre Pascal Kina, de Godarville, qui l'a trouvée en brocante.
Quand vous voyez "INR", ancêtre de la RTB, puis de la RTBF, vous vous dites que cette chanson ne peut que se fiche de notre tête...
Non! Lisez le texte, et chantez, si vous pouvez lire les notes, vous verrez que tout se passe très bien. Merci à l'expéditeur qui a eu la bonne idée d'ajouter cette pièce à nos archives.

Pour les autres pages de notre site, CLIC